=
Chiné – Lhaktong

 

Dans toutes les écoles du Bouddhisme, les deux méditations essentielles consistent à :

 

  • Pacifier l’esprit : C’est la méditation de Chiné ou de samatha en sanscrit. Elle permet au méditant d’arriver à une parfaite stabilité de son esprit, libre de toute forme de perturbation.
    Ainsi dans la paix (chi), l’esprit demeure (né).
  • Développer la capacité à voir clairement la nature des phénomènes : C’est la méditation de Lhaktong ou Vipasyana en sanscrit. Elle permet au pratiquant de comprendre la nature profonde du support utilisé pendant la méditation de Chiné, voire celle de l’esprit qui s’y maintenait. Ainsi supérieure (lhak) est la capacité à voir (tong).

 

Les commentaires sont fermés.