Christophe Lau

Né en 1973 au Vietnam, Christophe Lau est issu d’une famille ayant dû fuir la guerre et se retrouve en France vers l’âge de cinq ans. Dissipé et turbulent, il suit néanmoins une scolarité dans de bonnes conditions.

 

Au terme de ses études de physique fondamentale de 2ème cycle, influencé par son petit frère, il s’intéresse à la méditation et au bouddhisme en lisant de nombreux livres dont des ouvrages de référence de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

 

Alors qu’il effectue son service militaire, il recherche un maître et rencontre notamment Lama Gyourmé. Par la suite, il fréquente régulièrement Kagyu Dzong et Vajradhara-Ling pour y recevoir les instructions de Lama Gyourmé et des grands maîtres invités tels que principalement Tenga Rinpoché, Khenpo Tsultrim Gyamtso, Sangyé Nyenpa Rinpoché, Khandro Rinpoché, Ringu Tulku, MinGyur Rinpoché, le Gyalwang Drukpa.

 

Grâce au soutien inconditionnel de sa bienveillante mère, il parvient à étudier les pratiques bouddhistes tout en poursuivant une thèse de physique expérimentale.

 

L’intérêt particulier pour les pratiques du Vajrayana le pousse à étudier le tibétain. Fin 2001, il commence son activité de traduction auprès des différents Lamas intervenant alors à Kagyu Dzong. Il étendra cette activité à Vajradhara-Ling tout en poursuivant à la fois une carrière d’ingénieur de recherche et ses pratiques de méditation.

 

En 2014, différentes circonstances font que Christophe Lau a l’opportunité de partir en année sabbatique pour se consacrer entièrement au Dharma.

 

Avec la bénédiction de ses maîtres ainsi que de ses proches, Christophe Lau entreprend le projet d’approfondir ses études dans un monastère.

 

Grâce à la bienveillance de Son Eminence Sitou Rinpoché, Christophe Lau reçoit les vœux de moine novice et intègre l’Université des Sciences Bouddhiques de Shérab Ling en Inde pour y étudier le « Bodhicaryavatara » de Shantideva, œuvre de référence du bouddhisme mahayana, et les notions de base de la philosophie bouddhiste. Les bienfaits de cette première année d’étude et le soutien de son entourage l’ont poussé à poursuivre cette expérience.


J